I Page blanche I

29 octobre 2014

Automne

DSC_0344b

DSC_0347b

DSC_0348b

DSC_0350b

DSC_0353b

Nous sommes rentrés de Strasbourg hier.
J'aurais envie d'écrire plusieurs chapitres sur ce séjour...C'est difficile de synthétiser en quelques lignes le contenu d'heures de conversation que je tiens avec moi-même. Je crois que si je comptais les heures que je passe à me parler à moi-même -rassurez-moi, ça vous arrive aussi ?- j'obtiendrais un nombre assez important...Bref.
J'appréhendais beaucoup de voir ma grand-mère, de voir comment la vie normale l'avait quittée, et en fait, c'est fou, mais le peu de vie que l'on a en face de soi suffit pour dire qu'il y a de la vie. Et quel moment émouvant quand Gustave a pris sa main dans la sienne et a joué avec sa bague, intrigué par la pierre précieuse. Moments précieux. Comme l'a dit l'infirmier présent et surpris par l'intensité du regard de GusGus, un bébé ce n'est pas une moitié de présence. Un vieux non plus n'est pas une moitié de présence, même s'il n'est plus poussé par sa force intérieure. J'espère simplement qu'elle ne restepas comme cela trop longtemps.
J'arrive à mieux trouver ma place une fois que je retourne chez mes parents, sans que j'aie l'impression de jouer un rôle qui n'est pas moi. Même si je pense que ça reste un rôle, celui de la cadette, que je ne suis que quelques fois par an quand j'ai mes deux soeurs avec moi. Je vois maintenant que le "noeud" s'est déplacé, qu'il y a des efforts à faire ailleurs (et qu'on n'est jamais complètement tranquille dans ses relations humaines, j'imagine ?)

J'ai fait quelques photos dehors ce matin. En fait, si, il y a de l'ocre jaune, de l'orange, il fallait attendre un peu que toutes les plantes s'y mettent, surtout le cerisier. Peut-être que ma déception de la fois passée était dûe au choc du gris après le bleu de l'été. Il faut dire que j'ai passé deux mois à ne regarder que mon ordi et mes manuels. J'avance un peu aussi sur ce plan-là, je vous en reparlerai.


Posté par Belliflora à 13:34 - Commentaires [3] - Permalien [#]


23 octobre 2014

Des fleurs et des pois

DSC_0327b

DSC_0333b                       

Cécile m'a donné envie de rapporter quelques fleurs d'automne dans la maison.
Je suis descendue dans le jardin. J'avais pris un gilet en laine car je savais qu'il faisait frais mais j'ai tout de même été surprise par la brise glacée qui m'a accueillie dehors.
Je n'étais pas allée dans le jardin depuis des semaines. Les travaux avancent, il y a eu des pauses un peu longues, avec tellement de matériel entreposé dans la cour que je n'avais pas envie de m'aventurer derrière la maison. L'isolation et le zingage du toit sont terminés, ils en sont au bardage en bois, c'est très joli et chaleureux. Il faudra que je prenne des photos, heureusement j'ai celles "d'avant" en stock pour vous montrer la différence.
Et donc, j'ai cru que l'automne en était encore à ses heurs flamboyantes, qu'il y aurait du doré, du rouge, du marron craquant partout. Quelle déception...Les arbres sont presque déjà nus, les rosiers sont tâchés, leurs sauvageons nés d'un dernier sursaut de sève se courbent tristement vers le sol faute d'avoir été tuteurés. C'est un jardin de début d'hiver qui est apparu en quelques jours...Mais ça et là, des notes de couleur. Ouf, j'avais planté un dahlia rose foncé, magnifique. Et de l'autre côté le long du mur, mes hortensias théâtraux se parent de reflets rouille. Les plus hautes branches du rosier-tige sont encore fleuries, mais hors d'atteinte. Alors j'ai coupé un peu de tout cela et je suis rentrée.

Le dernier bouquet de fleurs du jardin, probablement.

Et sinon, nous avons rangé le parc qui prenait une place monstrueuse, mais comme je ne voulais pas que l'espace à nouveau gagné soit réduit par notre table basse nous ne l'avons pas remise et je suis allée chercher au grenier un coffre en rotin que j'avais acheté aux puces il y a longtemps. Le "home-staging" sauve le porte-monnaie ! Et ça rend pas mal du tout !

 

Posté par Belliflora à 17:14 - Commentaires [13] - Permalien [#]

21 octobre 2014

DSC_0150

Je souhaite revenir sur la journée d'hier.
Gustave a fait 3h de sieste l'après-midi, ko à cause d'un rhume. Et du coup, j'ai pu faire pas mal de choses avec Clo. Ma fille a, je crois, fini sa période peste, et je me rends compte à quel point c'est une bonne petite fille. Pas seulement parce qu'elle a su obéir, attendre, s'occuper un peu seule, etc. (ce qui, je l'accorde, me satisfait à 90%). Il y avait ce petit plus, une complicité que nous avions perdue depuis si longtemps...
Ma puce a dû attendre un an avant que je ne puisse m'occuper d'elle et d'elle de moi sans que personne ne vienne troubler la fête. Ce fut elle, pourtant, qui de nombreuses fois a sapé des moments qui auraient pu être délicieux, par une colère, des caprices venus d'on ne sait où....et qui me faisaient dire "mais qu'ai-je donc fait?"
Certes elle n'a pas fait de crise de jalousie à la naissance de Gustave. Elle n'a pas eu de mouvements d'agressivité envers lui. Si elle en avait eu, je les aurais acceptés...mais non, rien. Seulement, pendant des mois je n'avais pas une minute pour elle. Petit Gus pleurait sans arrêt, j'essayais de le faire dormir, je criais, j'étais épuisée. Tant de fois a-t-elle entendu "pas maintenant" "non, maman est fatiguée".
Ma bonne petite fille a attendu, a explosé là où on ne l'attendait pas, a attendu encore.

Alors cette journée d'hier, je la porte dans mon coeur et j'espère qu'il y en aura encore beaucoup d'autres comme celles-là.

Posté par Belliflora à 14:39 - Commentaires [12] - Permalien [#]

20 octobre 2014

clo_verger

J'ai prévu de ne rien faire.
On ira un peu à Strasbourg, je verrai ma famille, il y aura du thé et du Kouglopf au petit dej'. Et puis je ne demanderai rien de plus. Peut-être même pas de course en ville, de toutes façons on n'a pas de sous en ce moment.
Quand on y pense, c'est dur de trouver du bonheur qui ne s'attache pas du tout au matériel... On va s'acheter de la laine pour tricoter. On va acheter des ingrédients pour faire un repas spécial. On va se faire plaisir en s'achetant un rouge à lèvres. On pense souvent à nos aïeux qui n'étaient pas si malheureux alors qu'ils n'avaient pas grand chose. On se demande comment c'est possible...
Ce n'est pas si évident, finalement, de se dire qu'on peut le trouver dans un détail, un bon moment passé avec une personne chère, avec son homme, avec ses enfants...C'est pourtant ce à quoi j'aspire, en toute humilité.

Je suis dans un moment de repli sur moi-même en ce moment, j'ai du mal à m'ouvrir, à être curieuse, j'ai l'impression d'avoir deux enclumes aux pieds et une dans la tête. Ca passera, je me fais confiance. Je cherche aussi à trouver le bon équilibre entre être polie envers les autres et être franche avec moi-même. Je lisais l'autre jour que dans l'absolu, avoir intégré l'adage "si on te donne à manger quelque chose que tu détestes, dis c'est très bon merci" n'est pas forcément une bonne chose...Il faudrait manger tout de même mais dire "je n'aime pas trop ça, mais ça va"...

Je déteste le boudin, mais je vais le bouffer quand même. Avec de la compote de pommes. A l'alsacienne.

 

 

Posté par Belliflora à 09:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 octobre 2014

La semaine dernière, le vendredi avait été très actif. Cette semaine c'est relâche, je suis vannée et comme ça y est, les vacances de la Toussaint commencent, je ne me suis pas mis la pression. J'ai rdv avec une copine pour déjeuner. Et puie un petit tour chez Ici Work+shop est au programme, pour voir si je trouve un cadeau pour l'anniversaire de ma soeur, voire pour Noël (déjà)

En attendant, pour satisfaire la curiosité d'Anne, voici une photo de moi prise tout à l'heure. C'est un peu too much pour un déjeuner mais tant pis ;-) Pas trop raccord avec les converse aux pieds non plus !...Allez je file, à tout bientôt !

20141017_112003

(il n'y a pas du tout de traces de doigts de bébé sur ce miroir parce qu'il n'y a pas de table à langer dessous) (et je me dis que je vais peut-être revenir au chatain) (fin des posts superficiels !)

Posté par Belliflora à 11:31 - Commentaires [12] - Permalien [#]



12 octobre 2014

Beauty routine (ceci est un post très superficiel, achtung)

DSC_0274

DSC_0279

DSC_0273b

A l'instigation de Céline, un petit jeu pour nous montrer les unes aux autres nos produits de beauté...

Le maquillage, mon meilleur ami...
Comprendre qu'avec un peu de technique on peut transformer n'importe quelle femme en icône de beauté. Que chacune peut être glamour, à sa façon.
Je suis une grande fan de Dita Von Teese et la célèbre chaque jour. Parce qu'elle ne s'érige pas en exemple, mais encourage les femmes à trouver ce qu'elles aiment, à ne pas suivre les tendances mais ce qui nous va...(si vous lisez l'anglais, lisez cette très bonne interview)

Avec l'âge j'ai trouvé comment je m'aimais, quelle image de moi me plaisait. Je ne fais pas confiance en la beauté "naturelle" me concernant, puisqu'elle manque de chien...alors là aussi il a fallu me détacher de quelques "vérités" et reconnaître que j'étais quand même vachement mieux dans ma peau avec un petit quelque chose en plus. J'ai toujours aimé les années 50, le rouge à lèvres...alors voilà mes indispensables.
Question crèmes, je change tout le temps, je n'ai pas de favoris. D'ailleurs, je suis en "crise de la trentaine" je ne sais pas ce qui me convient le mieux, ma peau n'est plus la même.

Pour le teint: Fond de teint Body Shop, une teinte parfaite. Je n'en ai presque plus, j'espère qu'ils le font toujours. Poudre Estée Lauder, très claire, pour l'hiver. La poudre de soleil ne me va pas, j'ai le teint trop clair, j'ai l'air d'être Paris Hilton déguisée en Kim Kardashian.
Pour les yeux: un liner noir liquide, beaucoup de mascara, parfois une ombre beige ou mauve clair pour creuser la paupière.
Pour les sourcils: un pinceau biseauté et j'applique un peu d'ombre à paupières cendrée mélangée avec du crayon. Il faut que je trouve une autre texture que l'ombre à paupières, ça ne tient pas toute la journée.
Pour la bouche: un rouge ou un vieux rose foncé. Mon pref est un Guerlain offert par ma soeur. Sinon je suis une inconditionnelle du Rouge Baiser "vrai rouge" de chez Deborah, en plus le tube rétro est super beau. Pour un contour parfait, un crayon rouge (je me suis fait plaisir cet été avec un Givenchy...)Et vous ?

Posté par Belliflora à 21:10 - Commentaires [9] - Permalien [#]

11 octobre 2014

DSC_0270

Juste pour garder une petite trace, dire qu'on a fait quelque chose...un morceau de gâteau au yaourt, une petite déco en pâte à sucre+bébés playmobil vite-fait, et voilà les 1 an de Gus fêtés...
Joyeux anniv' en retard, mon chéri.

Posté par Belliflora à 14:33 - Commentaires [8] - Permalien [#]

09 octobre 2014

C'est fou à quel point on se sent mieux quand les choses redeviennent comme on le souhaite. A quel point perdre le contrôle, se remettre en question nous vide de notre énergie et à quel point le retour de la maîtrise des choses nous redonne foi en nous, et dans les autres.
J'ai quitté le lycée sur une petite victoire, une heure de remise au point avec ma classe de pénibles. J'ai mis au point un protocole de punitions etc qui m'a demandé une réflexion intense, au détriment de la préparation d'autres cours, mais de toutes façons je ne peux pas tout mener de front, il y a toujours des impasses à faire, c'est ainsi. Alors la classe que j'ai eu après a eu un cours bof, mais au moins j'étais contente de ma matinée.
Mon métier se nourrit de ces petites avancées, qui ne sont jamais des acquisitions, mais qui peuvent rétablir une confiance en soi parfois malmenée. Les deux heures de colle que j'ai distribuées ont été méritées, c'était du pur action-réaction bête et méchant, mais il le fallait.

Bref, je vais pouvoir moins ruminer que le week-end dernier.

Les semaines passent trop vite, j'attends le jeudi avant de faire un semblant de ménage, pas le temps avant. J'ai passé l'aspirateur et la serpillère mercredi après-midi mais c'est comme si je n'avais rien fait, donc je laisse tomber l'idée. Mon salon-salle à manger est un lieu de vie, on va dire... Miettes, bave d'escarGus, bouts de papier...

Quel est le problème ? Oui tout à fait. Est-ce si grave...

Voir le verre à moitié plein.
Mes cheveux tombés par paquets tout l'été commencent à repousser, ça fait tout plein de frisottis, en attendant je crois que je vais devoir les couper, j'ai perdu énormément de cheveux. Mais au moins ils repoussent.

J'ai fini le livre sur la Culpabilité commencé à la fin de l'été et ça m'a permis d'avancer un peu. Dans ce livre, le psychothérapeuthe explique qu'on a des crimes imaginaires, commis dans l'enfance, issus de messages erronés envoyés par nos parents (donc, ces crimes sont faux, mais on est persuadés de 'en être coupable). Il y a plusieurs sortes de crimes. Le crime de trahison, de dépassement (j'ai mieux réussi que mon père qui lui a toujours échoué etc) le crime d'abandon,, d'être un fardeau...Il y en a un qui me correspond davantage, c'est celui d'être foncièrement mauvais (je reprends les termes du bouquin). En fait le crime qu'on a commis est d'être tout simplement la personne que nous sommes (pas de bol). Et l'image de soi a été complètement dévalorisée par des messages négatifs répétés du style "t'es moche, tu es bête" etc. qu'on s'est persuadés que c'était vrai. J'ai beaucoup entendu "tu n'es pas dégourdie" "tu es moche" "tu as un gros nez" "tu es habillée comme un as de pique" "tu es coiffée comme une romanichelle" "la frange ça ne te va pas". J'ai mis des années à commencer à me dire "mince alors, ce n'est peut-être pas vrai, il y a un truc". A 30 ans je suis proche de l'acceptation de soi, je fais beaucoup de progrès, mais il y a des retours en arrière, dans certaines situations.
J'ai été une petite fille qui travaillait bien à l'école pour avoir un truc solide sur lequel on ne pourrait pas m'attaquer.
J'ai été une adolescente renfermée qui préférait ne rien dire pour ne pas tendre la perche.
J'ai été une jeune femme qui se trouvait tellement laide qu'elle ne voyait pas les regards des hommes.

Mais je me demande quand même, une fois qu'on a mis des mots sur les choses, qu'on a une explication plausible à un problème, pourquoi ça ne résoud pas plus les choses que ça ? J'aimerais bien, moi, être la petite fille qui a recommencé à parler dès qu'elle a compris pourquoi elle en était empêchée. J'aimerais être une adulte débarrassée de certaines pensées toxiques.
Alors peut-être y a-t-il autre chose. Peut-être qu'il y a un autre angle d'attaque. Je continue à chercher.

Punaise j'ai écrit un pavé.
Bonne fin de semaine et à tout bientôt pour de nouvelles aventures...(à l'heure de la mini-phrase sybilline écrite à la va-vite sous d'énormes photos, j'ose le pavé sans photo, à prendre ou à laisser ! ) Bye bye

Posté par Belliflora à 19:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 octobre 2014

Ce matin l'air sentait l'automne, quand j'ai traversé le parc après avoir déposé Clotilde, pour emmener Gustave chez la nounou, des bourrasques de vent faisaient s'envoler les feuilles mortes en tourbillons, les fleurs avaient moins d'éclat, le ciel était gris et bas et j'ai su que l'été était terminé.

J'avais écrit 10 lignes que j'ai effacées...

Et re-effacées. Et re-re.

Bon je crois qu'à un moment mieux vaut ne rien écrire, laisser le chapitre de la journée se clore et aller se coucher après avoir terminé ses corrections.

 

Posté par Belliflora à 20:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 octobre 2014

DSC_0543b

20131011_170341b

1 an. One year old, oh my god.

C'est demain, en vérité, mais demain je n'aurai pas le temps d'écrire ici, en plus j'ai une réunion de 3h au lycée et quand je rentrerai j'attaquerai direct mon boulot.
Donc le changement, le "1 an", c'est maintenant...;-)

Mon petit nourrisson dort dans son couffin, sent le lait caillé, s'endort dès qu'on marche. Oh zut, non ça c'était il y a un an.
Un petit vague à l'âme me saisit, mais ce n'est pas de la nostalgie. Je crois que j'en ai assez bavé pour ne pas regretter quoi que ce soit des premiers mois. L'autre jour une maman de l'école garait sa poussette dans l'entrée et son petit de 1,5 mois dormait déjà 7h la nuit, j'ai senti dans mes entrailles une grande amertume, oui, de la jalousie disons. C'était suffisamment fort pour que je me dise que le traumatisme était encore bien là.

Alors je suis super contente que mon bébéi ait un an ajourd'hui. Il est heureux de vivre, touche à tout, tape mon cou de sa petite main en faisant "mama", me pique mes clés, se déplace toujours avec un truc en bouche, façon petit chien. C'est un amour, un beau bébé tout rond et (presque) blond. Il est beau (c'est mon fils).J'adore dire "mon fils" et ça me fait bomber le torse, c'est complètement irrépressible.

Aujourd'hui, on va faire un petit gâteau avec Clo, on va y planter une bougie et ça sera chouette. Il pleut dehors mais pas dans mon coeur. On écoute Thomas Fersen et je trouve ça super raccord. Clotilde fait des puzzles, l'homme bricole, c'est un beau dimanche.

Posté par Belliflora à 13:54 - Commentaires [11] - Permalien [#]



Fin »