I Page blanche I

21 octobre 2014

DSC_0150

Je souhaite revenir sur la journée d'hier.
Gustave a fait 3h de sieste l'après-midi, ko à cause d'un rhume. Et du coup, j'ai pu faire pas mal de choses avec Clo. Ma fille a, je crois, fini sa période peste, et je me rends compte à quel point c'est une bonne petite fille. Pas seulement parce qu'elle a su obéir, attendre, s'occuper un peu seule, etc. (ce qui, je l'accorde, me satisfait à 90%). Il y avait ce petit plus, une complicité que nous avions perdue depuis si longtemps...
Ma puce a dû attendre un an avant que je ne puisse m'occuper d'elle et d'elle de moi sans que personne ne vienne troubler la fête. Ce fut elle, pourtant, qui de nombreuses fois a sapé des moments qui auraient pu être délicieux, par une colère, des caprices venus d'on ne sait où....et qui me faisaient dire "mais qu'ai-je donc fait?"
Certes elle n'a pas fait de crise de jalousie à la naissance de Gustave. Elle n'a pas eu de mouvements d'agressivité envers lui. Si elle en avait eu, je les aurais acceptés...mais non, rien. Seulement, pendant des mois je n'avais pas une minute pour elle. Petit Gus pleurait sans arrêt, j'essayais de le faire dormir, je criais, j'étais épuisée. Tant de fois a-t-elle entendu "pas maintenant" "non, maman est fatiguée".
Ma bonne petite fille a attendu, a explosé là où on ne l'attendait pas, a attendu encore.

Alors cette journée d'hier, je la porte dans mon coeur et j'espère qu'il y en aura encore beaucoup d'autres comme celles-là.

Posté par Belliflora à 14:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]


20 octobre 2014

clo_verger

J'ai prévu de ne rien faire.
On ira un peu à Strasbourg, je verrai ma famille, il y aura du thé et du Kouglopf au petit dej'. Et puis je ne demanderai rien de plus. Peut-être même pas de course en ville, de toutes façons on n'a pas de sous en ce moment.
Quand on y pense, c'est dur de trouver du bonheur qui ne s'attache pas du tout au matériel... On va s'acheter de la laine pour tricoter. On va acheter des ingrédients pour faire un repas spécial. On va se faire plaisir en s'achetant un rouge à lèvres. On pense souvent à nos aïeux qui n'étaient pas si malheureux alors qu'ils n'avaient pas grand chose. On se demande comment c'est possible...
Ce n'est pas si évident, finalement, de se dire qu'on peut le trouver dans un détail, un bon moment passé avec une personne chère, avec son homme, avec ses enfants...C'est pourtant ce à quoi j'aspire, en toute humilité.

Je suis dans un moment de repli sur moi-même en ce moment, j'ai du mal à m'ouvrir, à être curieuse, j'ai l'impression d'avoir deux enclumes aux pieds et une dans la tête. Ca passera, je me fais confiance. Je cherche aussi à trouver le bon équilibre entre être polie envers les autres et être franche avec moi-même. Je lisais l'autre jour que dans l'absolu, avoir intégré l'adage "si on te donne à manger quelque chose que tu détestes, dis c'est très bon merci" n'est pas forcément une bonne chose...Il faudrait manger tout de même mais dire "je n'aime pas trop ça, mais ça va"...

Je déteste le boudin, mais je vais le bouffer quand même. Avec de la compote de pommes. A l'alsacienne.

 

 

Posté par Belliflora à 09:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 octobre 2014

La semaine dernière, le vendredi avait été très actif. Cette semaine c'est relâche, je suis vannée et comme ça y est, les vacances de la Toussaint commencent, je ne me suis pas mis la pression. J'ai rdv avec une copine pour déjeuner. Et puie un petit tour chez Ici Work+shop est au programme, pour voir si je trouve un cadeau pour l'anniversaire de ma soeur, voire pour Noël (déjà)

En attendant, pour satisfaire la curiosité d'Anne, voici une photo de moi prise tout à l'heure. C'est un peu too much pour un déjeuner mais tant pis ;-) Pas trop raccord avec les converse aux pieds non plus !...Allez je file, à tout bientôt !

20141017_112003

(il n'y a pas du tout de traces de doigts de bébé sur ce miroir parce qu'il n'y a pas de table à langer dessous) (et je me dis que je vais peut-être revenir au chatain) (fin des posts superficiels !)

Posté par Belliflora à 11:31 - Commentaires [12] - Permalien [#]

12 octobre 2014

Beauty routine (ceci est un post très superficiel, achtung)

DSC_0274

DSC_0279

DSC_0273b

A l'instigation de Céline, un petit jeu pour nous montrer les unes aux autres nos produits de beauté...

Le maquillage, mon meilleur ami...
Comprendre qu'avec un peu de technique on peut transformer n'importe quelle femme en icône de beauté. Que chacune peut être glamour, à sa façon.
Je suis une grande fan de Dita Von Teese et la célèbre chaque jour. Parce qu'elle ne s'érige pas en exemple, mais encourage les femmes à trouver ce qu'elles aiment, à ne pas suivre les tendances mais ce qui nous va...(si vous lisez l'anglais, lisez cette très bonne interview)

Avec l'âge j'ai trouvé comment je m'aimais, quelle image de moi me plaisait. Je ne fais pas confiance en la beauté "naturelle" me concernant, puisqu'elle manque de chien...alors là aussi il a fallu me détacher de quelques "vérités" et reconnaître que j'étais quand même vachement mieux dans ma peau avec un petit quelque chose en plus. J'ai toujours aimé les années 50, le rouge à lèvres...alors voilà mes indispensables.
Question crèmes, je change tout le temps, je n'ai pas de favoris. D'ailleurs, je suis en "crise de la trentaine" je ne sais pas ce qui me convient le mieux, ma peau n'est plus la même.

Pour le teint: Fond de teint Body Shop, une teinte parfaite. Je n'en ai presque plus, j'espère qu'ils le font toujours. Poudre Estée Lauder, très claire, pour l'hiver. La poudre de soleil ne me va pas, j'ai le teint trop clair, j'ai l'air d'être Paris Hilton déguisée en Kim Kardashian.
Pour les yeux: un liner noir liquide, beaucoup de mascara, parfois une ombre beige ou mauve clair pour creuser la paupière.
Pour les sourcils: un pinceau biseauté et j'applique un peu d'ombre à paupières cendrée mélangée avec du crayon. Il faut que je trouve une autre texture que l'ombre à paupières, ça ne tient pas toute la journée.
Pour la bouche: un rouge ou un vieux rose foncé. Mon pref est un Guerlain offert par ma soeur. Sinon je suis une inconditionnelle du Rouge Baiser "vrai rouge" de chez Deborah, en plus le tube rétro est super beau. Pour un contour parfait, un crayon rouge (je me suis fait plaisir cet été avec un Givenchy...)Et vous ?

Posté par Belliflora à 21:10 - Commentaires [9] - Permalien [#]

11 octobre 2014

DSC_0270

Juste pour garder une petite trace, dire qu'on a fait quelque chose...un morceau de gâteau au yaourt, une petite déco en pâte à sucre+bébés playmobil vite-fait, et voilà les 1 an de Gus fêtés...
Joyeux anniv' en retard, mon chéri.

Posté par Belliflora à 14:33 - Commentaires [6] - Permalien [#]



09 octobre 2014

C'est fou à quel point on se sent mieux quand les choses redeviennent comme on le souhaite. A quel point perdre le contrôle, se remettre en question nous vide de notre énergie et à quel point le retour de la maîtrise des choses nous redonne foi en nous, et dans les autres.
J'ai quitté le lycée sur une petite victoire, une heure de remise au point avec ma classe de pénibles. J'ai mis au point un protocole de punitions etc qui m'a demandé une réflexion intense, au détriment de la préparation d'autres cours, mais de toutes façons je ne peux pas tout mener de front, il y a toujours des impasses à faire, c'est ainsi. Alors la classe que j'ai eu après a eu un cours bof, mais au moins j'étais contente de ma matinée.
Mon métier se nourrit de ces petites avancées, qui ne sont jamais des acquisitions, mais qui peuvent rétablir une confiance en soi parfois malmenée. Les deux heures de colle que j'ai distribuées ont été méritées, c'était du pur action-réaction bête et méchant, mais il le fallait.

Bref, je vais pouvoir moins ruminer que le week-end dernier.

Les semaines passent trop vite, j'attends le jeudi avant de faire un semblant de ménage, pas le temps avant. J'ai passé l'aspirateur et la serpillère mercredi après-midi mais c'est comme si je n'avais rien fait, donc je laisse tomber l'idée. Mon salon-salle à manger est un lieu de vie, on va dire... Miettes, bave d'escarGus, bouts de papier...

Quel est le problème ? Oui tout à fait. Est-ce si grave...

Voir le verre à moitié plein.
Mes cheveux tombés par paquets tout l'été commencent à repousser, ça fait tout plein de frisottis, en attendant je crois que je vais devoir les couper, j'ai perdu énormément de cheveux. Mais au moins ils repoussent.

J'ai fini le livre sur la Culpabilité commencé à la fin de l'été et ça m'a permis d'avancer un peu. Dans ce livre, le psychothérapeuthe explique qu'on a des crimes imaginaires, commis dans l'enfance, issus de messages erronés envoyés par nos parents (donc, ces crimes sont faux, mais on est persuadés de 'en être coupable). Il y a plusieurs sortes de crimes. Le crime de trahison, de dépassement (j'ai mieux réussi que mon père qui lui a toujours échoué etc) le crime d'abandon,, d'être un fardeau...Il y en a un qui me correspond davantage, c'est celui d'être foncièrement mauvais (je reprends les termes du bouquin). En fait le crime qu'on a commis est d'être tout simplement la personne que nous sommes (pas de bol). Et l'image de soi a été complètement dévalorisée par des messages négatifs répétés du style "t'es moche, tu es bête" etc. qu'on s'est persuadés que c'était vrai. J'ai beaucoup entendu "tu n'es pas dégourdie" "tu es moche" "tu as un gros nez" "tu es habillée comme un as de pique" "tu es coiffée comme une romanichelle" "la frange ça ne te va pas". J'ai mis des années à commencer à me dire "mince alors, ce n'est peut-être pas vrai, il y a un truc". A 30 ans je suis proche de l'acceptation de soi, je fais beaucoup de progrès, mais il y a des retours en arrière, dans certaines situations.
J'ai été une petite fille qui travaillait bien à l'école pour avoir un truc solide sur lequel on ne pourrait pas m'attaquer.
J'ai été une adolescente renfermée qui préférait ne rien dire pour ne pas tendre la perche.
J'ai été une jeune femme qui se trouvait tellement laide qu'elle ne voyait pas les regards des hommes.

Mais je me demande quand même, une fois qu'on a mis des mots sur les choses, qu'on a une explication plausible à un problème, pourquoi ça ne résoud pas plus les choses que ça ? J'aimerais bien, moi, être la petite fille qui a recommencé à parler dès qu'elle a compris pourquoi elle en était empêchée. J'aimerais être une adulte débarrassée de certaines pensées toxiques.
Alors peut-être y a-t-il autre chose. Peut-être qu'il y a un autre angle d'attaque. Je continue à chercher.

Punaise j'ai écrit un pavé.
Bonne fin de semaine et à tout bientôt pour de nouvelles aventures...(à l'heure de la mini-phrase sybilline écrite à la va-vite sous d'énormes photos, j'ose le pavé sans photo, à prendre ou à laisser ! ) Bye bye

Posté par Belliflora à 19:56 - Commentaires [8] - Permalien [#]

07 octobre 2014

Ce matin l'air sentait l'automne, quand j'ai traversé le parc après avoir déposé Clotilde, pour emmener Gustave chez la nounou, des bourrasques de vent faisaient s'envoler les feuilles mortes en tourbillons, les fleurs avaient moins d'éclat, le ciel était gris et bas et j'ai su que l'été était terminé.

J'avais écrit 10 lignes que j'ai effacées...

Et re-effacées. Et re-re.

Bon je crois qu'à un moment mieux vaut ne rien écrire, laisser le chapitre de la journée se clore et aller se coucher après avoir terminé ses corrections.

 

Posté par Belliflora à 20:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]

05 octobre 2014

DSC_0543b

20131011_170341b

1 an. One year old, oh my god.

C'est demain, en vérité, mais demain je n'aurai pas le temps d'écrire ici, en plus j'ai une réunion de 3h au lycée et quand je rentrerai j'attaquerai direct mon boulot.
Donc le changement, le "1 an", c'est maintenant...;-)

Mon petit nourrisson dort dans son couffin, sent le lait caillé, s'endort dès qu'on marche. Oh zut, non ça c'était il y a un an.
Un petit vague à l'âme me saisit, mais ce n'est pas de la nostalgie. Je crois que j'en ai assez bavé pour ne pas regretter quoi que ce soit des premiers mois. L'autre jour une maman de l'école garait sa poussette dans l'entrée et son petit de 1,5 mois dormait déjà 7h la nuit, j'ai senti dans mes entrailles une grande amertume, oui, de la jalousie disons. C'était suffisamment fort pour que je me dise que le traumatisme était encore bien là.

Alors je suis super contente que mon bébéi ait un an ajourd'hui. Il est heureux de vivre, touche à tout, tape mon cou de sa petite main en faisant "mama", me pique mes clés, se déplace toujours avec un truc en bouche, façon petit chien. C'est un amour, un beau bébé tout rond et (presque) blond. Il est beau (c'est mon fils).J'adore dire "mon fils" et ça me fait bomber le torse, c'est complètement irrépressible.

Aujourd'hui, on va faire un petit gâteau avec Clo, on va y planter une bougie et ça sera chouette. Il pleut dehors mais pas dans mon coeur. On écoute Thomas Fersen et je trouve ça super raccord. Clotilde fait des puzzles, l'homme bricole, c'est un beau dimanche.

Posté par Belliflora à 13:54 - Commentaires [11] - Permalien [#]

03 octobre 2014

DSC_0513

DSC_0525

DSC_0516
Mes deux loulous, j'essaye de prendre une photo des deux par semaine.

DSC_0518

Me voilà à mon bureau. Clo est à l'école, Gus chez sa nounou (je me répète ? J'ai l'impression de l'avoir déjà dit...)
(au fait, pas encore changé de bureau, une chose après l'autre)

J'ai passé une semaine horriiiiible ! Copies de ouf (5 paquets, je suis folle de donner mes devoirs la même semaine ...), j'ai passé 3h30 mercredi soir sur un seul paquet, en stressant à mort car du coup mes cours du lendemain allaient être plus que limite...mais avec un soupçon de confiance, et un saupoudrage d'improvisation, ça a été...

Chaque semaine je me dis "I made it", je donne 1h de préparation voire plus pour une heure de cours, c'est tout à fait différent du collège où toute l'énergie est donnée en classe, et dans la recherche de mise en oeuvre (comment je m'y prends) et des documents (je préfère les documents authentiques, surtout quand on a un pauvre manuel vieillot avec des personnages inintéressants dont des garçons qui ont des voix de fille -ça vous rappelle quelque chose ? Moi quand j'étais en 6e c'était Lucy et Sandy dans Top English :D) Donc je ne suis pas plus fatiguée, mais plus occupée ça oui.

Bref. J'avais un tout petit peu sous-estimé la charge de boulot, donc j'ai bien profité de mon week-end de la semaine dernière...en faisant beaucoup de couture. J'ai terminé la cape en lainage rouge pour Clotilde, et je lui ai fait une première robe W comme prévu. Franchement, c'est mon patron favori. Ca va tout seul. Comme il fait encore bon elle ne va pas la mettre de suite, mais elle lui plaît...Alors cette semaine:
*Mister T a fini les finitions de la cuisine (admirez les plinthes aimantées découpées sur mesure, peintes et ajustées au cordeau) et n'a même pas pesté (j'ai admiré) même pas un Nardinamouk, rien.
*Gustave a fait sa visite des 11 mois un peu en retard chez la pédiatre, a pris 800g ce gros morfalou, presque 3 cm si je calcule bien, et explore le vaste monde avec force fracas et volonté. Il n'aime plus être changé, crie quand il a faim, quand Clo lui reprend un jouet, quand je lui nettoie le nez, se lâche quand il est debout (1s). Clotilde ayant mis des mois avant de se lancer une fois l'équilibre acquis, je ne suis pas impatiente.
*Clotilde fait des progrès fulgurants en écriture (elle reconnaît et écrit plein de lettres, demande tout le temps comment on écrit tel truc, pareil pour les chiffres).


Voilà voilà !

Bonne fin de semaine

Posté par Belliflora à 11:04 - Commentaires [7] - Permalien [#]

26 septembre 2014

DSC_0281
Clo pendant nos vacances de 2011. Du coup, après mon post d'hier, j'ai rêvassé pendant longtemps...le temps file...

Punaise, deux messages en moins de 24h, c'est de la folie.

Je me dépêche d'écrire car je vais attaquer un paquet de copies (sur 4...) et que je ne sais pas combien de temps je serai dedans. En fait, voilà, j'ai l'impression qu'on y est, la tête dans le guidon, que tout le monde bosse tout le temps, qu'on ne peut plus parler de choses légères, qu'il y a la queue devant la photocopieuse, des collègues qui râlent parce que leurs classes ne sont pas enregistrées sur l'intranet, etc etc.
Que du matin au soir, tu penses à tes cours, à tout ce qu'il faut que tu fasses à la minute où tes enfants sont au lit, jusqu'à ce que ce soit ton tour.

(ça ne vous intéresse sûrement pas de lire ça mais moi ça me fait du bien de le dire)

J'ai un peu le blues quand je repense au collège; mon coeur a vraiment envie de retourner là-bas et retrouver un truc qui lui manque. Pour le moment j'en suis à un point où ce n'est pas encore ça, je ne me suis pas tout à fait faite au lycée, j'ai des déconvenues, mais je suis sûre que ça va aller alors ça m'empêche de pleurer comme une gamine le matin dans la voiture.

Je crois que je ne tricoterai plus qu'aux vacances, maintenant. Franchement, je vais remballer mon gilet pour Gus qui prend la poussière sur l'accoudoir du canapé. En plus, Gustave s'amuse avec les aiguilles, j'ai un peu peur d'un accident.

Pour la couture en revanche, je me suis mis en tête de faire quelques robes toutes simples à clo (la W des basiques pour enfants, par exemple, que j'adore et elle aussi) en plein de variantes. Comme dit ma mère, avant les femmes ne se faisaient pas suer avec 50 patrons, elles en avaient quelques uns et c'était très bien. Et j'adhère.

J'ai quand même fini sa cape en laine rouge hier soir, mais je ne suis pas satisfaite du résultat, les finitions sont moches car les explications sont un peu trop simples à mon goût (et je suis désolée mais faire une belle fente dans un tissu doublé c'est pas du gâteau si on veut que ce soit un tant soit peu propre), je préfère suivre des explications fastidieuses mais ne pas faire porter un truc de gavroche à ma fille ensuite.

Bon, je vais aller tricoter bosser.

A la prochaine, that's all, folks !!

 

 

Posté par Belliflora à 10:29 - Commentaires [11] - Permalien [#]



Fin »