I Page blanche I

22 novembre 2014

DSC_0603

DSC_0617

DSC_0620

DSC_0610

DSC_0613

Il se passe des millions de choses chaque jour.
Dans ma vie de mère, de femme, dans mon "moi" au travail, dans mon "moi" à la maison. Tout semble se faire en accéléré, sans répit, et mon cerveau fume de ce trop-plein d'impressions fugaces, de tâtonnements continuels, de contraintes nouvelles, des progrès de mon fils, de l'évolution par à-coups de ma fille....
Ce blog ne peut être le reflêt de tout cela car j'ai peu de temps pour prendre du recul (j'ai envie de dire, tant mieux pour vous parfois ;-))
Je cherche, souvent, un lieu et un temps pour essayer de prendre du recul, de méditer. De voir d'autres personnes, aussi que mon ordi, pour sentir la vie vibrer vraiment, les envies venir, les bouffées d'euphorie me gagner, comme avant. Pour réfléchir aussi aux conséquences d'un certain sentiment de perte de confiance en soi; pourquoi est-ce que j'ai pris telle remarque tellement à coeur que j'en ai pleuré dans la voiture sur le chemin du retour ? Pourquoi j'envie cette jeune collègue contractuelle (avec qui on me confond tout le temps d'ailleurs) qui ne se pose pas de questions ? (en apparence, je sais)
Qui suis-je, où vais-je, et dans quelle étagère ? Tout ça...
Le coup de fouet est venu tout simplement alors que j'avais dédié mon vendredi après-midi aux premiers achats de Noël. J'avais eu une semaine assez chaotique...complètement abattue jeudi, j'avais fait une sieste sur le canapé, et avais décrété que je ne ferais RIEN jusqu'à samedi, pour faire une vraie coupure.
Ca faisait une éternité que je n'avais pas flâné seule en ville. J'avais quelques idées, je suis allée dans une librairie, une autre, j'ai trouvé des bouquins à offrir, une BD qui plairait, et puis je suis allée dans la petite soeur de la Mémé en Autriche strasbourgeoise pour faire des repérages.
Au milieu de toutes ces couleurs, de tous ces objets, pas forcément gadgets, j'ai relativisé, j'ai eu envie de retrouver un peu la fantaisie de l'insouciance, oublier l'austérité de la salle des profs, et mon "desktop" virtuel et matériel...
J'ai aussi rencontré à l'improviste deux personnes que je connais, on a un peu discuté, et après les avoir entendus parler de "la crise" (ou comment tu te mets à avoir peur un jour parce qu'il n'y a plus de sous nulle part), j'ai eu conscience que j'avais de la chance d'avoir un boulot et d'aimer faire ce que je fais.
J'ai aussi récupéré des baskets chez une dame que je connais (;-) ).
Voir des gens. Discuter. Sortir un peu. Voilà ce qui me manque le plus et c'est qui est chouette c'est que c'est un manque asez facile à combler.
..

J'ai acheté deux bouquins sur l'éducation des enfants, et ai commencé à lire. Ca tombait bien que je lise quelques paragraphes sur l'autorité positive (ou un truc du genre) pour me rappeler que les émotions des enfants veulent toujours dire quelque chose, que c'est le symptôme d'un bouleversement intérieur, d'un besoin, d'une évolution. Première mise en pratique ce matin, avec Clo. Un gros chagrin se transforme en colère, tout le monde s'énerve...Et quelques mots ont réussi à l'apaiser. Quand elle est venue me voir après en formulant avec une aisance déconcertante le blocage qu'elle a réussi à lever, j'ai vu dans ses yeux la fierté d'avoir grandi. Et j'ai ressenti ça aussi, de la fierté, un peu pour moi et beaucoup pour elle.
Bon week-end.

Posté par Belliflora à 16:03 - Commentaires [8] - Permalien [#]


16 novembre 2014

Je me dis que comme je suis ultra-relou avec le monde en ce moment (même si je prends sur moi) et avec moi-même, j'ai décidé de trouver une photo sympa au hasard dans mon album photo, pour relativiser. Alors j'ai regardé à novembre 2013, j'ai trouvé celle-là:

IMG_1033


Et je me suis dit que la plus belle chose au monde c'était la gratitude infinie que l'on ressent quand on est maman de deux beaux enfants en bonne santé comme ces deux-là.

Bonne semaine !

Posté par Belliflora à 20:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 novembre 2014

DSC_0697

J'ai passé une bonne semaine. Pour la première fois, lundi (peut-être était-ce l'effet "jour ferié" ...) j'ai ressenti, après de longs mois, quelque chose comme de la légèreté. J'avais un sourire aux lèvres qui n'était même pas une simple politesse. J'ai fait cours en me disant que ça se passerait bien et ça a été comme je voulais. Une collègue avait ramené du fromage du Jura et m'avait déposé ma commande dans mon casier; j'ai un peu bavardé à côté de la photocopieuse, et je me suis dit que d'ici la fin de l'année, j'aurais fait mon petit trou ici.
Le stress monte tout de même par vagues, quand je vois les plannings des conseils de classe, le soir, alors que mes soirées sont déjà dédiées aux préparations de cours: comment vais-je faire ? Et avec toutes ces copies à corriger...
J'ai tendance à me faire une montagne de pas grand chose, mais là, les paquets sont sur mon bureau et il y en aura d'autres, et j'avance à la vitesse de 4 copies par heure pour mes terminale. Comment vais-je faire ?

Je me suis dit que j'étais vraiment en pleine crise de la trentaine (on parle beaucoup de la quarantaine, j'espère que c'est pas la même en pire); j'ai l'impression de faire plus vieille que mon âge, que mes chigons ne me vont plus, que mes vêtements ne me vont plus (enfin, ce n'est pas qu'une impression, j'ai pris une taille). Faire les magasins me déprime donc je ne les fais plus. Je réfléchis à une liste de Noël à envoyer à mes parents, mais je sèche...Les reflêts blancs apparus cet été sur mes tempes me font frémir et enrager: le temps fait son oeuvre, la vie avance, on ne peut plus reculer, comment vais-je faire ?

Je vais essayer de me concentrer sur les moments de légèreté, même fugaces. Comme une promesse que la suite m'apportera le meilleur.
(j'ai peur de vous lasser, tellement je tourne en rond...promis la prochaine fois, un post "léger", justement !)




Posté par Belliflora à 10:03 - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Dans leur monde

Parfois, je m'assois sur le lit de Clotilde, et je joue avec elle à ce qu'elle veut. Je fais la conversation, tout en gardant un oeil sur Gustave ma petite tornade...
Je me réfugie dans leur petit monde fait d'histoires mi-imagination mi-vérité, leurs jeux d'ici et maintenant, je me ressource dans leurs sourires et leur vitalité, prends des câlins, en donne plein en retour, me vide la tête et me réchauffe le coeur. Une parenthèse avant de retrouver le monde des grands, que j'aime parfois immortaliser avec quelques clichés...

DSC_0550

DSC_0554

DSC_0560

DSC_0565

Bonne fin de semaine !

Posté par Belliflora à 22:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 novembre 2014

The mirror

DSC_0576b

DSC_0573b

DSC_0577b

Un joli miroir pour mettre au-dessus de la cheminée. Qui nous a valu une bonne enguelade en voiture un peu trop de kilomètres pour trouver un bled paumé...hum. (moralité, ne jamais mêler un homme à ses chines). Je cherchais depuis un moment un miroir de cheminée, doré ou à peindre. Celui-là a déjà été repeint en bleu pâle, et je pense le laisser tel quel.

Bon week-end !

Posté par Belliflora à 13:18 - Commentaires [12] - Permalien [#]



07 novembre 2014

DSC_0336b

C'est un rituel...
Je rentre dans la maison chaude et paisible, après avoir déposé les enfants. Ce calme absolu, cette liberté du vendredi, je les savoure comme un carreau de chocolat qui fond sur la langue.
C'est dur de travailler chez soi, enfin disons, de s'y mettre. Il faut se faire un peu violence, chasser les envies de bulle...Mais une fois les pensées toutes dédées à la tâche, quel plaisir, et quelle satisfaction ! Je ne suis pas interrompue toutes les deux minutes, je peux élaborer lentement mes cours...Ce temps de réflexion est nécessaire. Souvent, d'ailleurs, les meilleures idées germent quand on a le temps de les laisser venir jusqu'à soi. De temps en temps j'aime bien commencer mes sessions "préparations de cours" le soir par une séance de vernissage d'ongles...On pourrait donc croire, de l'extérieur, que je ne fais que satisfaire mes envies de coquetterie; en fait, je repense à telle phrase dite par un élève, à un document que j'ai vu quelque part et que je pourrais utiliser, mais c'était où déjà ? Et il faudra que je fasse une fiche d'analyse du doc, comment m'y prendre ? Etc...
Vernis OPI, d'abord la base durcissante. J'allume mon ordi, je commence à réfléchir, j'ouvre mes séquences. Puis une première couche de couleur,  puis une deuxième, et le top-coat. A chaque phase de séchage, j'ai des idées à mettre en forme. Le truc, c'est de hyper bien maîtriser ton sujet, les docs que tu as choisis (ce qui est encore au stade 1 pour moi, vu que j'ai tout à faire), et du coup avoir une préparation béton mais avec plein de portes et de fenêtres à ouvrir si les élèves en ont envie, ou s'ils te font penser à quelque chose...Etre souple dans le cadre, tel est le secret.
Quand je suis partie de la maison hier matin je me disais que ça allait être difficile avec telle classe et facile avec telle autre. En fait ce fut l'inverse. Et pour ma troisième classe, j'avais un point d'interrogation mental parce que je ne savais vraiment pas comment ça allait marcher et ça a mieux marché que prévu, donc c'était cool.
Il y a une chose que j'ai apprise avec le temps, c'est que chaque cours (avec une même classe) est différent. Comme le tableau au début de l'heure, il est vierge, et on écrit ensemble le déroulement d'une heure; parfois on a vraiment l'impression de recommencer tout son ouvrage à chaque début d'heure, parfois on avance, il y a une dynamique qui s'installe sur la durée.
Mes Terminale étaient mous et peu inspirés avant-hier. Ils participaient peu, avaient tendance à bavarder...je me suis dit que le sujet ne les accrochait pas (le féminisme au Royaume-Uni dans les 60s). Ca avait mal commencé avec des revendications moisies par rapport au devoir maison qu'ils n'avaient pas bien compris, et la question d'une élève à propos d'une expression qui ne se dit pas en Anglais, dit sur un ton provoc, genre "vous savez ou pas ?". Je suis sortie un peu abattue. Alors pour hier j'avais décidé de terminer sans trop tarder mon texte et embrayer sur autre chose. Finalement ils étaient de bonne humeur, on a même rigolé quand une élève (la même qui avait râlé la veille) a fait semblant d'ouvrir son t-shirt comme les Femen...et on a débattu sur le sujet du féminisme après avoir écrit un bon petit paragraphe ensemble sur le texte. Je suis sortie vraiment contente...

Au programme d'aujourd'hui: pleeeeeeeeeein de corrections (je suis entrée dans la phase "copies" je DETESTE. Le pire c'est que t'as beau faire un barème super précis -donc super chiant à suivre pour corriger- ça donne toujours au point près la même note que celle que t'aurais mise "à la louche" j'ai envie de me dire "pourquoi s'emmerder" mais on me dit "parce qu'il faut être transparent" bref voilà une pensée que j'ai hyper souvent, fin de la parenthèse)

(vous l'aurez compris, j'adore parler de mon travail ;-) )
On me souffle qu'il faut que je m'y mette...Bonne journée !

Posté par Belliflora à 09:39 - Commentaires [6] - Permalien [#]

05 novembre 2014

Un message rapide par ici...Alors que les journées sont gonflées à bloc depuis la rentrée.
Hier à la cantine j'ai discuté un peu avec un collègue que j'avais connu à mon ancien collège et qui fait un remplacement dans mon lycée. Tout en mangeant nous avons pris des nouvelles l'un de l'autre. Un point commun nous unit, nous avons perdu un enfant avec une IMG. Je me rappelle l'annonce de la mauvaise nouvelle, c'était il y a trois ans déjà...j'étais enceinte moi-même, j'en avais frissonné en me disant "il y en a qui n'ont pas de chance". Et bam, quelques mois plus tard, ce fut notre tour. Ils ont eu depuis, et nous aussi, un autre enfant...et de l'eau a coulé sous les ponts.
Nous avons parlé de nos vies de famille, du boulot...
Je sens que je suis à fleur de peau, je pourrais pleurer comme ça pour rien. La vie nous donne des épreuves à surmonter. Je ne pensais pas être capable de laisser partir mon fils; je ne pensais pas être capable de vivre tous les bonheurs de la vie "après". Et en fait si. Cela donne un éclairage auquel je n'avais pas pensé à ma situation actuelle. Parce que, et j'ai presque honte de le dire mais bon..., mon nouveau début de prof en lycée, c'est aussi une épreuve de la vie, avec toutes les remises en questions que cela implique...; je suis bouleversée depuis plusieurs mois parce que j'ai dû quitter un endroit auquel je tenais, et il faudra attendre patiemment que les choses se décantent, il faudra se laisser le droit d'échouer, laisser partir l'idée que tout soit parfait, apprivoiser la boule au ventre et dans la gorge qui m'étrennent presque chaque jour quand je vais ou reviens du travail (au mieux, la rendre toute petite). J'ai parfois le sentiment qu'il faut que je fasse le deuil de ma vie d'avant, mais ce n'est pas si vrai. Les choses changent, elles offrent de nouvelles opportunités, il y a toujours du bon dans le mauvais, tout n'est qu'une question de point de vue...Et retrouver un peu de confiance en soi (parce que j'ai celle d'une huître en ce moment) ne me ferait pas de mal. J'aimerais quand même pouvoir poser mes valises dans ma vie pour un long moment. Histoire de retrouver quelque chose comme de la sérénité, le confort d'une certaine routine...
Peut-être qu'aller parler de tout cela à quelqu'un de neutre pourrait m'aider à avancer sur ce chemin. Peut-être, comme me disait mon collègue, que quelques détails vont faire le déclic, et qu'il faut juste être patiente.
Apprendre la patience, le travail de toute une vie j'imagine. L'huître fabrique des perles,  parfois.

(ps: Sabine, faut que je te réponde.)

Posté par Belliflora à 22:35 - Commentaires [7] - Permalien [#]

29 octobre 2014

Automne

DSC_0344b

DSC_0347b

DSC_0348b

DSC_0350b

DSC_0353b

Nous sommes rentrés de Strasbourg hier.
J'aurais envie d'écrire plusieurs chapitres sur ce séjour...C'est difficile de synthétiser en quelques lignes le contenu d'heures de conversation que je tiens avec moi-même. Je crois que si je comptais les heures que je passe à me parler à moi-même -rassurez-moi, ça vous arrive aussi ?- j'obtiendrais un nombre assez important...Bref.
J'appréhendais beaucoup de voir ma grand-mère, de voir comment la vie normale l'avait quittée, et en fait, c'est fou, mais le peu de vie que l'on a en face de soi suffit pour dire qu'il y a de la vie. Et quel moment émouvant quand Gustave a pris sa main dans la sienne et a joué avec sa bague, intrigué par la pierre précieuse. Moments précieux. Comme l'a dit l'infirmier présent et surpris par l'intensité du regard de GusGus, un bébé ce n'est pas une moitié de présence. Un vieux non plus n'est pas une moitié de présence, même s'il n'est plus poussé par sa force intérieure. J'espère simplement qu'elle ne restepas comme cela trop longtemps.
J'arrive à mieux trouver ma place une fois que je retourne chez mes parents, sans que j'aie l'impression de jouer un rôle qui n'est pas moi. Même si je pense que ça reste un rôle, celui de la cadette, que je ne suis que quelques fois par an quand j'ai mes deux soeurs avec moi. Je vois maintenant que le "noeud" s'est déplacé, qu'il y a des efforts à faire ailleurs (et qu'on n'est jamais complètement tranquille dans ses relations humaines, j'imagine ?)

J'ai fait quelques photos dehors ce matin. En fait, si, il y a de l'ocre jaune, de l'orange, il fallait attendre un peu que toutes les plantes s'y mettent, surtout le cerisier. Peut-être que ma déception de la fois passée était dûe au choc du gris après le bleu de l'été. Il faut dire que j'ai passé deux mois à ne regarder que mon ordi et mes manuels. J'avance un peu aussi sur ce plan-là, je vous en reparlerai.


Posté par Belliflora à 13:34 - Commentaires [6] - Permalien [#]

23 octobre 2014

Des fleurs et des pois

DSC_0327b

DSC_0333b                       

Cécile m'a donné envie de rapporter quelques fleurs d'automne dans la maison.
Je suis descendue dans le jardin. J'avais pris un gilet en laine car je savais qu'il faisait frais mais j'ai tout de même été surprise par la brise glacée qui m'a accueillie dehors.
Je n'étais pas allée dans le jardin depuis des semaines. Les travaux avancent, il y a eu des pauses un peu longues, avec tellement de matériel entreposé dans la cour que je n'avais pas envie de m'aventurer derrière la maison. L'isolation et le zingage du toit sont terminés, ils en sont au bardage en bois, c'est très joli et chaleureux. Il faudra que je prenne des photos, heureusement j'ai celles "d'avant" en stock pour vous montrer la différence.
Et donc, j'ai cru que l'automne en était encore à ses heurs flamboyantes, qu'il y aurait du doré, du rouge, du marron craquant partout. Quelle déception...Les arbres sont presque déjà nus, les rosiers sont tâchés, leurs sauvageons nés d'un dernier sursaut de sève se courbent tristement vers le sol faute d'avoir été tuteurés. C'est un jardin de début d'hiver qui est apparu en quelques jours...Mais ça et là, des notes de couleur. Ouf, j'avais planté un dahlia rose foncé, magnifique. Et de l'autre côté le long du mur, mes hortensias théâtraux se parent de reflets rouille. Les plus hautes branches du rosier-tige sont encore fleuries, mais hors d'atteinte. Alors j'ai coupé un peu de tout cela et je suis rentrée.

Le dernier bouquet de fleurs du jardin, probablement.

Et sinon, nous avons rangé le parc qui prenait une place monstrueuse, mais comme je ne voulais pas que l'espace à nouveau gagné soit réduit par notre table basse nous ne l'avons pas remise et je suis allée chercher au grenier un coffre en rotin que j'avais acheté aux puces il y a longtemps. Le "home-staging" sauve le porte-monnaie ! Et ça rend pas mal du tout !

 

Posté par Belliflora à 17:14 - Commentaires [13] - Permalien [#]

21 octobre 2014

DSC_0150

Je souhaite revenir sur la journée d'hier.
Gustave a fait 3h de sieste l'après-midi, ko à cause d'un rhume. Et du coup, j'ai pu faire pas mal de choses avec Clo. Ma fille a, je crois, fini sa période peste, et je me rends compte à quel point c'est une bonne petite fille. Pas seulement parce qu'elle a su obéir, attendre, s'occuper un peu seule, etc. (ce qui, je l'accorde, me satisfait à 90%). Il y avait ce petit plus, une complicité que nous avions perdue depuis si longtemps...
Ma puce a dû attendre un an avant que je ne puisse m'occuper d'elle et d'elle de moi sans que personne ne vienne troubler la fête. Ce fut elle, pourtant, qui de nombreuses fois a sapé des moments qui auraient pu être délicieux, par une colère, des caprices venus d'on ne sait où....et qui me faisaient dire "mais qu'ai-je donc fait?"
Certes elle n'a pas fait de crise de jalousie à la naissance de Gustave. Elle n'a pas eu de mouvements d'agressivité envers lui. Si elle en avait eu, je les aurais acceptés...mais non, rien. Seulement, pendant des mois je n'avais pas une minute pour elle. Petit Gus pleurait sans arrêt, j'essayais de le faire dormir, je criais, j'étais épuisée. Tant de fois a-t-elle entendu "pas maintenant" "non, maman est fatiguée".
Ma bonne petite fille a attendu, a explosé là où on ne l'attendait pas, a attendu encore.

Alors cette journée d'hier, je la porte dans mon coeur et j'espère qu'il y en aura encore beaucoup d'autres comme celles-là.

Posté par Belliflora à 14:39 - Commentaires [12] - Permalien [#]



Fin »