DSC_0532

 

DSC_0507

 

DSC_0572

 

Ô mois de juin ! Ô chaleurs ramollissantes, sandalettes qui claquent, robes bain de soleil.

Précieuses heures...à savourer comme la dernière cuillerée de chantilly dans la coupelle de fraises.
Je sens les choses s'étioler...qu'il est étrange, ce mois-là.
Je fais prendre l'air à mes pieds, enfin, et à mes plus jolies robes...

La semaine dernière j'ai rencontré Anne (blog Trendy children, originaire de Nancy) et ses trois enfants, enfin, après des années de chaque côté de l'écran. C'était drôle de se parler pour la première fois en se connaissant déjà un peu. Je crois qu'on fait tous ce genre de rencontres, avec internet, aujourd'hui.

Gustave a plus de mal à s'endormir, il crie parfois.... Il me réclame aussi la nuit...parfois je le "dispute" et il se rendort, parfois il lui faut un long bercement dans les bras...que faire sinon essayer, tâtonner...? Nous sommes très fusionnels tous les deux. Pour autant, je ne comprends pas ses colères du soir. Angoisse de la séparation pour la nuit ? Heureusement que nous sommes en juin, au mois de novembre ça m'aurait stressée et épuisée au plus haut point. Merci Juin.

Samedi dernier, nous nous voyions entre profs d'anglais chez l'une d'entre nous, et c'était bien sympa, plus que je ne l'aurais imaginé. J'appréhendais un peu, de ne pas trouver ma place comme la dernière fois, mais là c'était beaucoup mieux. J'avais emmené Clo&Gus et ils ont été de vrais anges. J'ai eu des compliments, sur eux, sur moi aussi. Ca m'a fait du bien.

Sinon, je me disais l'autre jour qu'il me faudrait 48h complètes, seule, pour ranger et nettoyer à fond la maison. Comme je crois que ça n'arrivera pas tout de suite, je vais profiter de ma journée ici (le lycée est fermé avant le bac) pour commencer. Il faut aussi que je fasse deux-trois courses (fête des pères, complément de cadeau d'anniversaire de Mister T-aucune idée...., petit cadeau symbolique pour ma collègue S. qui m'a bien écoutée cette année)
Mon sommeil est lourd, mais pas encore tout à fait réparateur. Je m'endors comme une masse, mais le réveil est difficile...j'ai l'impression qu'on a coulé une chappe de plomb sur mon corps pendant la nuit. Moi qui n'ai pas pu me souvenir de mes rêves cette année, je recommence à en faire, comme si mon cerveau acceptait enfin une certaine perte de contrôle...

Dans mon rêve de cette nuit, un incendie dans un bureau administratif où je dois me rendre, la fumée qui s'échappe des fenêtres et les rideaux beiges mangés par les flammes qui sont poussés à l'exterieur et flottent lamentablement. Il ne semble y avoir aucune vie ici, personne ne sort du bâtiment, et moi je reste plantée là, un peu paniquée, surprise d'être seule dans les parages. Après quelques temps à regarder ce spectacle, je remarque un homme, qui attend sur un banc un peu à l'écart, qui ressemble à Romain Duris. Je lui dis que j'aurais dû être à l'intérieur, et il me répond une chose dont j'ai du mal à me souvenir mais je crois que c'était "il n'y a personne de blessé, la dame de ce bureau est partie avec les ados", et là je me suis réveillée.